Communiqué : Ramenons la grève à Pointe-Saint-Charles

[english below]

NON à l’austérité et à la répression ; OUI aux services publics gratuits et à l’autonomie des collectivités!

Pointe-Saint-Charles, le 15 août 2012.

En solidarité avec la grève étudiante et le mouvement social du Printemps québécois, des membres de la communauté de Pointe-Saint-Charles se sont rassemblés dans une manif-action de quartier ce matin. La circulation de transit en provenance du pont Victoria a été perturbée et ralentie en protestation face aux mesures d’austérité et de répression mises en place par le gouvernement. La manifestation a pris la rue Wellington et a bloqué l’intersection avec la rue Bridge avant de marcher quelques minutes et de revenir à cette intersection. Malgré les avertissements policiers et la présence du Groupe tactique d’intervention, nous ne dénombrons aucune arrestation.

L’inspirant mouvement étudiant, qui lutte contre la hausse des frais de scolarité, prend place alors que d’autres services publics sont attaqués: une nouvelle taxe santé et le développement de la santé privée, la hausse du coût de l’électricité et l’augmentation des tarifs du transport en commun ne sont que des exemples. Ces mesures vont toucher directement des milliers de résidentes et de résidents de Pointe-Saint-Charles, un des quartiers les plus pauvres à Montréal.

Le piquet a pris place ce matin alors que les gens se dirigeaient au travail, et non lorsqu’ils en reviennent, puisque nous voulons affirmer qu’il n’y aura pas de retour à la normale tant que l’État exacerbera les inégalités sociales en détruisant des services publics qui furent gagnés de haute lutte. Il n’y aura non plus de travail décent lorsque les politiques anti-travailleurs des gouvernements actuels seront toutes mises en place. Les répressions des grèves et débrayages récents au Québec l’annoncent.

Dans la présente crise du capitalisme, l’État tente de rendre la force de travail plus vulnérable et exploitable en éliminant les services publics, forçant de plus de plus en plus de gens à accepter des emplois précaires, souvent au dépend de leur santé ou de leur intégrité. Les politiques d’immigration québécoise et canadienne adoptent la même logique en dirigeant les immigrantEs vers des programmes d’immigration et de travail temporaire qui les excluent de la couverture des services sociaux, ainsi que des droits au statut de résident permanent. En d’autres mots, le capital se sauve de sa propre crise sur le dos des pauvres et des immigrantEs.

Quand le mouvement populaire mené par les étudiantEs a résisté à ces attaques, la réponse principale fut la répression policière et une loi spéciale s’attaquant au droit de manifester et de s’organiser collectivement. Nous refusons que les mouvements sociaux et les communautés soient empêchés de vivre, de revendiquer et de s’opposer à l’agenda destructeur de l’élite capitaliste.

Comme quartier pauvre avec un nombre croissant d’immigrantEs, Pointe-Saint-Charles dit NON AUX HAUSSES et OUI AUX SERVICES PUBLICS GRATUITS pour tous, sans égard de leur statut.

Alors que les principaux partis politiques appellent à la fin de la grève et qu’aucun d’entre eux ne se positionne contre les mesures d’austérité, nous disons qu’il est temps de ramener la grève à Pointes-Saint-Charles. Par notre assemblée populaire autonome (APAQ), les membres de la communauté préparent la riposte à cette attaque contre les populations, notamment les plus pauvres, par une grève sociale et une prise de contrôle sur notre propre quartier.

La grève est étudiante
La lutte est populaire
Les élections ne règleront rien!

Pointe-Saint-Charles en solidarité

-30-

Une initiative de membres de l’Assemblée populaire autonome du quartier Pointe-Saint-Charles.

https://apaqpsc.wordpress.com
www.facebook.com/groups/344524282285040/

//////////////////////////////
/////////////////////////////

Press Release

Let’s bring the strike home to Point St. Charles
No to austerity and repression; Yes to free social services and collective autonomy!

Point St. Charles, 15 August 2012 — In solidarity with the student strike and the Quebec spring social movement, members of the Point St. Charles community joined together in a neighbourhood protest action this morning. Rush-hour traffic leaving the Victoria Bridge was disrupted to protest austerity measures and government repression. The demonstration took place on Wellington St., blocking the Bridge Street intersection before marching for several blocks and returning to the same intersection. Despite several warnings by the police and the presence of a tactical squad, there were no arrests.

The inspiring student movement against tuition increases is taking place in a context in which other public services are under attack – the new health tax and the expansion of private health-care, increases to the cost of electricity, and public transportation fee hikes are just a few examples. These measures will directly affect thousands of residents of Point St. Charles, one of the poorest neighbourhoods in Montreal.

The picket took place in the morning as people headed to work because it was intended to show that there will be no business as usual as long as the state continues to deepen social inequalities by dismantling basic social services, the fruit of years of social struggle. Nor will there be any decent jobs once the current governments fully implement their anti-worker policies. The recent repression of strikes and work stoppages in Quebec make this clear.

In the current crisis of capitalism, the state is attempting to make the workforce more vulnerable and exploitable by eliminating basic social services, forcing increasing numbers of people to accept precarious jobs, often at the expense of their health or integrity. Quebec and Canadian border policies are adopting the same logic: increasingly channelling immigrants through temporary foreign worker programmes without access to social protection or permanent status. In other words, capital is being rescued on the backs of the poor and immigrants.

When the student-led, popular movement resisted these attacks, the main response was police repression and a special law attacking the right to protest and organize collectively. We stand against this attempt to crush the life of social movements and communities who are opposing the destructive agenda of the capitalist elites.

As a poor neighbourhood with increasing numbers of immigrants, Point St. Charles says NO TO FEE INCREASES and YES TO FREE PUBLIC SERVICES FOR ALL, regardless of immigration status.

In a context in which both major electoral parties are calling for an end to the student strike, and neither has taken a position against austerity measures, we say it is time to bring the strike home to Point St. Charles. Through our autonomous neighbourhood assembly (APAQ), community members will be organizing our resistance to these attacks on people, through a social strike and by resuming control over our own neighbourhood.

Student strike, popular struggle!
The election won’t settle anything!
Point St. Charles in solidarity

-30-

An initiative of members of the Point St. Charles Neighbourhood Assembly

https://apaqpsc.wordpress.com
www.facebook.com/groups/344524282285040/

Cet article a été publié dans Communiqués. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s